Que la flamme de la connaissance brûle…

Aravan (Alvan)

Iravan, Aravan, Eravan, habituellement appelé sur l’île de la Réunion : « Alvan » est également connu sous le nom de « Iravat ».  En Indonésie, on le connait orthographié comme « Irawan ». On pense que son nom est dérivé du mot « Aravu » qui signifie : « serpent », l’association d’Aravan avec les serpents se manifeste dans son iconographie. Il fait ainsi parti des personnages de la célèbre épopée appelée « Le Mahabharata ». Son culte est originaire de l’Inde du Sud, Aravan (Tamil: அரவான்) est considéré comme faisant parti des dieux de village, « des Karvels deïvam ». Dans cette épopée indienne, Aravan est le fils de  « Arjuna » et de la princesse « Ulupi »,  il mourra héroïquement dans la guerre qui est la pièce maîtresse de l’épopée.

On rappelle que « Le Mahabharata », est l’un des deux grandes épopées sanscrites de l’Inde ancienne, l’autre étant le Ramayana. Outre son récit épique de la Guerre Kurukshetra et le sort des Kauravas et les Pandavas, le Mahabharata contient des idées philosophiques portant sur l’aspect matériel et de dévotion, comme une discussion sur les quatre objectifs de la vie : le Dharma (la bonne action), Artha (but), Kama (le plaisir), et Moksha (la libération).

Histoires et cultes d’Aravan

Dans le culte de cette divinité on entend parler du culte de  « Kuttantavar » ou Aravan est  le dieu central. Dans son propre culte, Aravan est connu comme Kuttantavar, originaire de la légende de « Kuttantavar » qui tua le démon Kuttacuran. La plupart des dévots de « Kuttantavar » résident dans les districts du Tamil Nâdu. Son temple principal se situe à Koovagam au Tamil Nâdu. Dans ce temple, le mariage d’Aravan et Mohini, le veuvage et le deuil, après le sacrifice d’Aravan, constitue le thème central d’une journée annuelle du festival.

Plusieurs versions de l’histoire de « Aravan » existent, bien que la version originale sanscrite des documents du Mahabharata indique qu’il est mort au cours de la 18ème journée de guerre du Mahabharata, les versions Tamil indiquent la mort d’Aravan par le rituel de sacrifice à la déesse Kali durant la guerre.

Rituel de sacrifice à Kali :

Dans cette version, la mort d’Alvan est issue d’un sacrifice à la déesse Kali pour s’assurer du triomphe de sa famille : les Pandavas. En échange de son sacrifice, il a obtenu son souhait de se marier. (Rappel : Pour qu’il puisse être incinéré il fallait être marié, les célibataires sont enterrés et non incinérés).  Krishna satisfait à cette bénédiction dans sa forme féminine, Mohini et l’épousa pour une nuit. Pour mieux comprendre voici un petit passage :

«… Aravan suivi Krishna à l’intérieur du palais. Là, en présence des Pandavas et quelques amis proches, Krishna se transforma en Mohini, une forme si belle que même Shiva tombé pour elle. En présence des anciens, elle se maria à Aravan. Cette nuit Aravan obtenu son premier vœu exaucé. La nuit passa et l’aube reflété le jour de la guerre.

Aravan  fût pris au milieu du champ de bataille et il a été contraint de rester debout au centre. Là, il arracha la peau de ses bras et les offrit à Kali. Kali, toujours assoiffés de sang, se nourrit de son sang et donna sa bénédiction aux Pandavas, la guerre commença. Au cours des 18 jours, Aravan gardé Kali satisfaits, il effectua le découpage des morceaux de son corps et offrit à elle (32 morceaux). Le dernier jour, il prit la forme de « Vishwaroopa » et avec sa tête comme une grosse pierre, il roula sur les forces ennemies et tua des millions de guerriers, alors la guerre prit fin. Les Pandavas avaient gagné et Aravan, était couché, tout seul sur le champ de Kurukshetra. Au cours de ses derniers moments sur terre, quand sa vie se retirait, il entendit le hurlement aigu d’une femme. Se tournant vers la source de la plainte, il vît Krishna sous la forme de Mohini, battant sur sa poitrine et se lamentaient, l’image même d’une femme devenue veuve en deuil de son mari. Avec ce spectacle final, son esprit grimpa au ciel et rejoint les autres héros immortel dans les cieux… »

Le culte de Draupadi

On indique que dans le culte de Draupadi : Krishna permet à Aravan d’assister à toute la durée de la guerre du Mahabharata à travers les yeux de sa tête coupée. Dans un autre jour de la fête, la tête de la cérémonie Aravan est hissée sur un poste pour assister à la reconstitution du rituel de la guerre du Mahabharata. Le chef  Aravan est un motif commun dans les temples Draupadi. Souvent, il s’agit d’un statut en bois portable, parfois il a même son propre sanctuaire dans le temple où il est placé sur les coins des toits du temple en tant que gardien contre les esprits. Aravan est adoré sous la forme de sa tête coupée et l’on dit qu’il peut guérir les maladies et qu’il peut induire une grossesse chez les femmes sans enfant.

La tête d’Aravan fût coupée lors d’un combat avec Alambusha, fils de Rishyasringa durant la guerre. Alambusha ainsi que Aravan  utilisé l’illusion au combat. On dit que Aravan pris la forme du serpent Shesha (Ananta), et son armée serpent qui l’entoure pour le protéger.  Alambusha pris la forme de Garuda (l’aigle-homme), qui est  l’éternel ennemi des serpents, et dévora l’armée serpent. Ainsi, Alambusha tua Aravan en coupant sa tête.

Une autre version raconte que Krishna lui conseilla à Aravan de prier le Naga. Adi-Shesha s’enroula autour d’Aravan, devient sa chair et restaura son corps. Pour répondre à la faveur d’autre part, Krishna orchestre la mort héroïque en faisant un ennemi assez fort pour vaincre le puissant Aravan. Krishna sélectionna Alambusha. Puis, selon la version de l’histoire, Krishna conseilla à Alambusha à prendre la forme de Garuda par une voix céleste, ou il envoie le vrai Garuda pour l’aider. A la vue de Garuda, un aigle Shesha se déroula face à la peur, en laissant Aravan non protégés et conduisant finalement à la décapitation de celui-ci.

Les Représentations

Aravan est toujours adoré dans les temples sous la forme de sa tête coupée. Il est généralement représenté avec une moustache, les yeux et les oreilles grands et prononcés. Il est souvent représenté avec un chapeau de cobra sur sa couronne. Une autre caractéristique de l’iconographie Aravan est la présence de canines démoniaque. Dans la plupart des images de culte Draupadi, l’aspect démoniaque d’Aravan sont mis en évidence. Certains tableaux montrent également le sacrifice d’Aravan. Dans ces scènes, il est souvent représenté en s’inclinant à Kali, tandis que sa tête est sur le point d’être rompu, ou, comme dans une peinture, une auto-décapitation d’Aravan, où il est titulaire d’une épée et offrant sa tête coupée à la déesse. Dans les interprétations modernes, la tête Aravan ne symbolise pas le sacrifice de soi, mais plutôt la régénération et la continuité, en raison de sa capacité à voir la guerre après son sacrifice.

Festivals et cultes

Les passionnés de Draupadi commémorent la guerre du Mahabharata en procédant à un festival annuel appelé « patukalam ». Ce festival commence habituellement par une Kuttu (drame) rejouant le mariage de Draupadi. Pendant le festival, l’acteur jouant le rôle de Draupadi (et d’autres femmes participant à des cérémonies publiques) déplore la mort de Aravan et l’autre héros de la guerre.  Il y a une certaine variation dans la longueur de la « patukalam festival » et dans la journée alloué à l’exécution des « Kuttu du sacrifice Aravan ( kalappali ) », mais partout où le rituel « kalappali » est effectuée, ce lieu est déclaré être, symboliquement, le champ de bataille de « Kurukshetra ». Cependant à Singapour, le Kuttu est effectuée le jour de la nouvelle lune dans le mois Tamoul de Purattaci (Septembre-Octobre).

 

Cultes à Tindivanam

Une représentation d’Aravan en argile sans tête et le corps en bambou d’Aravan est modélisée. Il est représenté dans une position héroïque, à genoux sur son genou gauche et tenant un arc. Le prêtre officiant prend d’abord une épée puis effectue la suppression des pièces de la tête. Ensuite, une citrouille est découpée en 32 pièces symbolisant le corps sacrifiés d’Aravan.

Le sang d’une chèvre sacrifiée, est la représentation propre du sang d’Aravan, il est versé sur le drap blanc qui recouvre le corps. Enfin, imbibé de sang, le riz est répandu sur le visage Aravan. Les passionnés du culte Kuttantavar, pensent que manger de ceux riz du visage d’Aravan peut provoquer une grossesse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

COMORASSAMY Patrice


 

 

 

2 réponses

  1. oulama

    le plus ancien et le patrimoine dieu alvan c le gol st louis ou la poin photo

    20 octobre 2012 à 2:12  

  2. vingadessin mohandas

    que representent les 31 morceaux ?- on dit des valeurs mais lesquelles?

    5 janvier 2013 à 6:21  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 52 followers