19140_108313822512950_100000029992359_220892_4566274_n

Mariamman மாரியம்மன் (Marliémen)

La Déesse « Mari » (en tamoul « மாரி ») est connue à la Réunion sous le nom de « Mariamman » ou encore « Marliémen », qui signifie « Mère Mari ». Le mot Mari est aussi la forme courte du mot sanscrit « Kaumari » qui en tamoul signifie « vierge »

Connue comme Déesse de la fertilité et de la pluie, elle est reconnue dans l’hindouisme pour être la déesse des maladies, dont à l’origine la maladie de la variole, (avant son éradication en Inde). Elle est associée à la guérison de toutes les maladies « fiévreuses » et celles avec des éruptions cutanées. On dit que ces maladies sont détruites ou déclenchées par la déesse. On la vénère également pour avoir des enfants en bonne santé, ou encore une bonne épouse.

IMG_2943

Le mot tamoul « Muthu » signifie « perle » et dans l’ancien usage de la langue ‘Muthu Maari’ symbolisait une fête, ainsi qu’une façon poétique d’imager  la pluie qui tombe en gouttelettes liées au préalable à des perles données par le Dieu de la nature. Elle est donc appelée ‘Muthu Maariamman’, car elle représente la déesse qui donne une pluie prospère. Elle est aussi considérée par beaucoup de croyants dans le sud de l’ Inde comme une incarnation de la Déesse Karli.

Mariamman est généralement représentée tenant un trident ( trisula ) dans une main et un bol ( kapala ) dans l’autre. Une de ses mains effectue un mudra (geste symbolique et spirituel), plus précisément le abhaya mudra, un geste de courage représentant la protection, la paix, la bienveillance et la dissipation de la peur.

mariamman-10

Elle est adorée conformément aux agamas locales (traditions). Les cérémonies s’effectuent généralement par des prêtres non-brahmanes ou, dans certains cas, par des prêtres brahmanes dans des grands temples comme le temple Samayapuram Maariamman.

Elle est la principale déesse-mère de l’Inde du Sud, en particulier dans les régions rurales du Tamil Nadu, du Karnataka et de l’Andhra Pradesh. Il existe beaucoup de temples dédiés à « Mariamman » en dehors de l’ Inde, à l’ île Maurice , à la Réunion, au Sri Lanka , la Malaisie , Singapour , Thaïlande , Fidji , en Guyane , au Vietnam , Allemagne et en Afrique du Sud.

Dans la tradition hindoue, on dit aussi que, « Mariamman » est la sœur de du Seigneur Vishnu (Sriranganathar)… Elle est alors appelé « Mahamaya ». « Samayapuram Mariamman » est adorée le premier jour du mois tamoul par les Iyengar / Srivaishnava brahmanes de Srirangam . Ils prétendent qu’elle est la sœur de Lord Renganath (une forme de Vishnu) de Srirangam , qui est le second temple le plus important dans le Tamil Nadu.

Une autre tradition  suggère qu’elle est la mère de Parasurama ( sixième avatar de Vishnu dans l’hindouisme qui est le fils de Renuka et l’ un des Saptarishis). Elle est également connue comme Sri Chowdeshwari Devi dans la plupart des régions du Karnataka et de l’Andhra Pradesh. Dans la région de Mysore, elle est vénérée à la fois comme Chowdeshwari Devi ainsi que Mariamman.

Il existe de nombreux cas où Mariamman est apparue aux personnes sous forme d’ une vieille femme portant un sari rouge avec des bracelets verts et trois mangalsutras . Une autre version indique qu’elle est appelée « Pattalamma », déesse de la véracité et de la ponctualité. Elle punit tout villageois ne pratiquant pas les vertus.

 

44487_114344355287717_100001364593755_95957_5460701_n

L’histoire derrière le nom « Mariamman »

En réalisant des recherches sur le web,  j’ai trouvé un passage d’un site internet retraçant l’histoire derrière le nom « Mariamman ». (source : shrihari.me/blog/the-story-behind-the-name-mariamman/).

« … Ainsi, tout d’abord, je voudrais que vous sachiez que la divinité principale au temple de Samayapuram désigné sous le nom de « Mahamayi » ou de « Mariamman ». En outre, il y a deux idoles dans le temple – un petit et un grand.

Pour tracer les origines des noms, nous devons visiter sous peu l’histoire de Parashuram décapitant sa mère sur les ordres de son père. Et, quand son père lui offre un vœu , il  demande de ressusciter sa mère. Dans quelques versions de cette histoire, il y a une autre femme qui essaye de protéger Renuka. Ainsi, Parashuram décapite chacun d’eux. Pendant la résurrection, le père permute les têtes par erreur.

On lui dit que les deux idoles chez Samayapuram sont Renuka Devi et cette autre femme.  Si vous avez été au temple, vous avez probablement noté qu’une idole a un grand visage et un corps comparativement petit et vice-versa. Ainsi, ces déesses sont désignées sous le nom de « Mugam Mari Amman » qui traduit « Mère Visage-« permuté » ». Au fil du temps, l’histoire a été oubliée et « Mugam Mari Amman » est devenu « Maha Mayi Amman  » : « la grande Déesse Mère Mari ».

41083_114343555287797_100001364593755_95952_167279_n

1ère Légende sur l’Histoire de Mariamman

La légende tamoule sur l’origine de Mariamman dit qu’elle était la femme de Tiruvalluvar, le grand poète tamoul de l’Antiquité, et qui était soit shivaïte, jaïn ou bouddhiste, mais ni brâhmane, ni kshatriya (Guerrier), ni vaïshya (artisan, paysan), ni shudra (serviteur), mais paria.

 Elle contracta la variole et mendia de maison en maison pour se nourrir, se soignant elle-même avec des feuilles de l’arbre neem ou de margousier pour éviter aux mouches de venir sur ses plaies. Elle guérit et conquit la maladie (les maladies sont des démons dans l’hindouisme) et les gens l’adorèrent comme la déesse de la variole. La tradition veut que pour éloigner la variole de chez soi, on doit accrocher des feuilles de « neem » ou margosier au-dessus des portes des maisons.

2ème Légende sur l’Histoire de Mariamman

Une autre légende implique la belle et vertueuse Nagavali, épouse de Piruhu, un des neuf Rishis (Voyants, des Védas). Un jour, le Rishi était absent et la Trimurti (Brahmâ,Vishnou et Shiva) est venue voir si sa célèbre beauté et vertu étaient vraies. Ils s’étaient transformés en petits enfants afin de rendre visite à Nagavali. Nagavali ne les connaissant pas, elle désapprouva leur intrusion chez elle, les trois dieux furent offensés et elle fut maudite. Sa beauté disparut et son visage devint marqué par la variole. Le Rishi, retournant chez lui, la trouva ainsi défigurée et lui demanda de s’en aller, déclarant qu’elle naîtrait d’un démon dans l’autre monde qui provoquera la propagation d’une maladie qui rendrait les gens comme elle-même.

 

10012438_867153436643957_3164824404406372031_n

Culte en Inde

Mariamman est une déesse antique, dont le culte provient probablement de la religion tribale de l’Inde dravidien avant l’arrivée des Aryens et de la religion des brahmanes. Selon la tradition, parmi les tribus de montagne de Dravidian comme dans Coorg dans Karnataka du sud, des sacrifices humains ont été offerts à Mariamman.

 Fêtes pour que se produisent au cours de la fin de l’été, le début de la saison d’automne de « Aadi ». Tout au long du Tamil Nadu et de la région du Deccan, un grand festival connu sous le nom « Aadi Thiruvizha » est dédié à Maariamman. Son culte a pour but principal d’apporter la pluie et de guérir des maladies comme le choléra, la variole et la varicelle.

Les méthodes de culte sont non-védiques et souvent accompagnées de divers types de danses folkloriques. Des offrandes comme « Pongal » et « Koozh » qui sont cuits dans des pots de terre sont également faites au cours de la saison des fêtes. Le rituel telle que la marche du feu est également pratiqué en son honneur.

Au temple de Samayapuram se trouve à six miles pied au nord de Tirucirapalli. le système de culte hindou est toujours considéré aujourd’hui pour le culte de Maryamman. Le festival se déroule sur dix jours et il est organisé par les autorités du temple au cours de la deuxième semaine d’Avril. Certains continuent à utiliser les vieilles coutumes villageoises de culte en offrant des poulets et des chèvres à la divinité, mais les animaux ne sont sacrifiés mais vendus après avoir été offerts.

La plupart des temples de Mariamman sont villageois ou de simples sanctuaires , où les deux prêtres masculins et féminins effectuent des rituels sacrés. Dans de nombreux sanctuaires ruraux, la déesse est représentée par un granite en pierre avec un bout pointu, comme une lance . Cette pierre est souvent ornée de guirlandes de citrons verts et de fleurs rouges. Ces sanctuaires ont souvent une fourmilière qui pourrait être le lieu de repos d’un cobra . Le lait et les oeufs sont offerts pour apaiser le serpent.

Culte à la Réunion

A la Réunion, les temples qui organisent le Theemithi en l’honneur de Mariammen sont nombreux. Chaque année de nombreux fidèles traversent le brasier en priant cette Déesse.  Les couleurs « Blanc » et « Jaune » sont associées à la divinités.

Dans d’autres temples, une fête est réalisée sur 10 jours, au 10ème jours les fidèles effectuent une procession en appartant des offrandes  à la Déesse, tels que : Safran, Lait, Miel…

Dans les temples familiales, les vieilles coutumes villageoises sont gardées, des coqs et des chèvres sont sacrifiés en l’honneur de la divinité.

COMORASSAMY Patrice ©

Accueil

(Source : wikipédia…)

2 réflexions sur “Mariamman மாரியம்மன் (Marliémen)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s