Periatchy

Periyachi Amman பெரியாச்சி (Pétiaye)

Lien entre Periyachi Amman et Pétiaye ? 

Cet article est réalisé sous l’hypothèse que la Déesse Periyachi est la Déesse Pétiaye vénérée sur l’île de la Réunion. Pourquoi ? Pétiaye vient du tamoul « Petti » பேத்தி qui signifie « les petits enfants ». Periyachi vient du tamoul « Péria » பெரிய = grand. Dans notre culture, les ancêtres nous ont appris que la Déesse Pétiaye est la Mère Divine qui veille sur les enfants.  Il y a donc sans aucun doute un lien très fort entre ces deux noms. 

Periyachi Amman (Periyachee ou Periachi) représente un aspect maléfique de la Mère divine (Amman : « mère ») dans l’hindouisme. Elle est associée à la déesse Karli qui est une divinité très puissante et reconnu comme la protectrice des enfants. Elle est aussi associée à l’accouchement et la grossesse.

Periyachi est reconnue par ses huit bras et un aspect redoutable. Elle détient généralement des armes et un enfant dans ses mains. Elle peut aussi tenir : un « trisoulon », un nœud coulant, un oudoukaï avec un serpent, une épée, un vase rempli de sang… Sa représentation diffère des endroits, elle peut être représentée soit debout ou assis avec les pieds sur le roi éventré. Parfois, on montre ses deux mains déchirant l’abdomen et le ventre de la reine, qui se trouve sur ses genoux. Elle était en train de manger les intestins avec du sang coulant de sa bouche. Deux de ses mains tiennent les intestins et l’enfant est tenu dans une autre main. On dit que cet aspect est la plus farouche qui permet d’éloigner les mauvais esprits.

Elle est associée à la catégorie : « karval deivam » : déesse d’escorte ou gardienne. On dit que Periyachi et Jada Muneeswarar (un aspect de Muneeswarar) viennent sur terre pour éloigner les mauvais esprits et garder la planète Terre. Periyachi puni les femmes qui exécutent le mal ou celles qui blessent d’autres personnes. Elle punit aussi les hommes qui exploitent les femmes, en les piétinant sous ses pieds. Elle est également considérée comme une grande protectrice des enfants.

1ère Légende la plus courante de Periyachi Amman

On raconte que pendant L’Empire Pandyan (பாண்டியர்) : une ancienne dynastie tamoule, un roi nommé Vallalarajan Rajah proclama que lorsque son enfant naîtra, s’il toucherait la terre, la Terre serait détruite. Lorsque l’accouchement arriva à terme, le roi n’ayant pas trouvé de sage-femme, avait choisi une femme nommée Periyachi. Lors de l’accouchement Periyachi veilla à ce que l’enfant ne touche pas le sol. Elle remit ensuite l’enfant au Roi et demanda à être payé pour les services rendus, mais le roi refusa. Il ne se doutait pas que Periyachi était une déesse maléfique qui était adorée par les démons. Suite au refus du Roi, elle se dévoila sous sa véritable forme. Apparaissant avec des bras multiples, elle s’empara de la reine, déchira son ventre et mangea les organes, puis elle tua le roi tout en gardant l’enfant entre ses mains pour éviter la destruction de la Terre.

2ème Légende

On raconte qu’un jour le roi et la reine ainsi que leur fils se sont rendus dans un Temple. Après avoir terminé leurs prières dans une heure tardive. Le roi et la reine sont rentrés chez eux, en cours de route ils ont réalisé qu’ils avaient oublié leur enfant au temple. Alors, ils se précipitèrent au temple et réveilla le prêtre pour permettre d’aller au temple. Près du temple, ils ont entendu les rires de l’enfant, le prête leur demanda de laisser l’enfant sous la protection de la déesse sachant que la nuit été tombée, les portes du temple ne devraient pas être ouvert. La Reine ne voulant pas repartir sans son enfant ordonna l’ouverture des portes du temple. Lors de l’ouverture la déesse apparut sous sa forme maléfique et furieuse, elle éventra le roi et la reine.

3ème Légende  (source : ww.phenomenalplace.com/2014/01/periyachi-amman-worlds-most-fearsome.html)

Vers 1400 A.D, Periyachi était une femme qui travaillait comme maruthuvachi (docteur) dans le village de Kondithoppu dans Thondai Nadu (maintenant Chennai, Inde). Elle était bien connue pour sa compétence avec les bébés. On lui mentionne également qu’elle été très forte dans les combats.

En 1406 A.D, le Roi Vallalan IV, le fils de Rajanarayana Sambuvarayar III avait été détrôné et se cachait dans la jungle avec son entourage. Il avait perdu espoir de reprendre un jour le trône car il avait pillé des villages voisins. Son épouse Kaarkuzhali, était sur le point de d’accoucher.  Periyachi a été traîné à la forêt au milieu de la nuit afin de faire naître le bébé de Vallalan. C’était un accouchement complexe car cela s’est déroulé dans une forêt et Vallalan étaient un croyant fort en astrologie qui a cru que le bébé ne devrait pas toucher la terre. Lors de l’accouchement, elle a mis Kaarkuzhali sur ses genoux et effectua  une césarienne afin d’extraire le bébé.

Cependant, le Roi Vallalan a eu d’autres plans. Il avait été conseillé par son astrologue de tuer le bébé ainsi que les personnes qui ont touché le bébé. Cela signifia que Periyachi devrait être aussi tué. Lorsque Vallalan sorti son épée, Periyachi entra dans une colère immense. Elle empala le coeur avec une lance, et le plaça sous ses jambes pour assurer sa mort. L’épouse qui a essayé de l’aider, a été éviscérée et Periyachi a mangé ses intestins, dans un ajustement de rage. Pendant le temps entier, elle a tenu le bébé sans risque dans sa main. Plus tard, il devint son propre enfant, elle l’appela Seeralan.

Le premier temple de Periachi a été érigé dans le village de Kondithoppu, peu après ses jours modernes vers 1475, il se serait appelé le « mémorial de Periyachi ».  Son fils adoptif Seeralan a agi en tant que premier prêtre de ce temple. Notez que la création des mémoriaux était une tradition tamoule antique appelée « nadukkal ». Les femmes enceintes et les mères avec les nourrissons malades sont devenues des visiteurs réguliers. Mais aussi les femmes qui sont stériles viennent la prier afin de tomber enceinte.

8_Periachi_Amman_Tamil_God_Babies_Pregnant_Veeramakaliamman_Temple_Singapore

Croyances religieuses : Il y a quatre phases durant lequel les femmes adorent Periyachi :

  • Femmes non enceintes : Les femmes qui sont considérées stériles ou qui désirent fortement à devenir enceintes, la prie quotidiennement.
  • Femmes enceintes : Dès que les femmes se réaliseront de leur grossesse, elles fournissent la nourriture gratuite dans le temple le mardi ou vendredi le plus proche. 7 saris noirs sont également donnés ce jour à d’autres passionnés féminins. Les maris prient également pour le bien-être des épouses et des enfants à venir.
  • Les nouveau-nés : 7 jours après que le bébé est né, il sera placé aux pieds de Periyachi Amman. La mère de l’enfant se tiendra loin et laissera l’enfant pendant plusieurs minutes, pour montrer sa fidélité à Periyachi. On croit que durant ce temps, la déesse parle au bébé et guérit n’importe quelle maladie. Une poule noire sera sacrifiée sur l’autel.
  • Enfants malades : Les nourrissons et les enfants malades seront amenés au temple. Ils seront habillés avec des vêtements noirs et invités à prier seul à déesse Periyachi. En cas de maladie non identifiée parmi des enfants, le prêtre (kodangi) entrera dans une transe afin de trouver une solution.

Voici certains des différents cultes que l’on réalise pour cette divinité :

Le culte de la diaspora tamoule s’organise selon le principe suivant :

  • 3ème mois de grossesse : la cérémonie de Punsavana (« la protection du foetus ») est réalisée, avec des prières à Periyachi pour garder la mère et l’enfant contre le mauvais œil.
  • 7ème mois, le Simantonnyana («La cérémonie du bracelet ») est réalisé avec la prière à la déesse afin de faciliter les douleurs d’accouchement et de protéger la mère et l’enfant pendant l’accouchement.
  • 30ème jour après l’accouchement : une cérémonie s’effectue à la maison, des offrandes : un sari noir, plats non-végétariens et des choses de bon augure sont offerts à la déesse. Les femmes prient pour elle afin d’éviter le malheur à un bébé, Le nouveau-né et la mère sont attendus pour prier à la déesse après un accouchement en toute sécurité.
  • Après le premier mois de l’accouchement, les parents consacrent pendant tout ce mois, le nourrisson à la déesse : il place le bébé en face de la déesse ou à ses pieds. La tête de l’enfant doit être rasée et couvert par un tissu jaune. Les personnes remercient la déesse pour la protection de l’enfant au cours des premiers mois de sa vie.

Les couples qui ne possèdent pas de descendance effectuent le culte de la déesse pendant 12 dimanches pour pouvoir réaliser leurs vœux. En effet, comme Periyachi est considéré comme une sage-femme, les femmes qui n’ont pas d’enfant effectuent un culte pour obtenir une bénédiction divine. On dit que les mardis et les vendredis sont considérés comme des journées spéciales de bon augure pour le culte et Periyachi et Muneeswaran.

Culte en Inde

Un festival appelé Periyachi Puja est célébré dans le mois Tamoul de Aadi (AATI) pour honorer la déesse. Elle est aussi vénérée dans le mois « Thai ». Dans le cadre de son culte, un padel regroupant des offrandes sont offertes comprenant de la viande de l’animal sacrifié, ainsi que des plats végétariens. Les plats sont ensuite  servis au fidèle comme repas : ce repas est censé apporter la  chance et la bonne santé.

Durant la période du festival Thimithi, des scènes de l’épopée Mahabharata sont édictées par les dévots et les troupes de théâtre. Une semaine avant la marche sur le feu, ils exécutent des prières à Periyachi. La séance de prière a lieu pour une demande de sa bénédiction sur les fidèles et pour qu’aucun incident désagréable ne se produit pendant le festival.

Culte divers

Dans certaines familles les mères qui ont accouché réalise un puja à Periyachi chez eux. Elles allument un feu et réalisent des offrandes de riz, de curry de poulet, d’œuf dur, du poisson séché… Seules les femmes sont admises dans la salle. A la fin de la cérémonie, la plus vieille femme de la famille prend trois boules de ces offrandes pour se rendre à un carrefour (3 routes qui se rejoignent). Elle jette ces 3 boules de riz en offrande à Sri Periyachi Amman.

Un type de culte de l’île de la Réunion…

Après la naissance de l’enfant, certaines familles rendent hommage à la déesse tous les ans par la cérémonie : « Service poule noir ». Cette cérémonie se déroule en deux étapes une partie lorsque le soleil est déjà présent, on rend hommage au Dieu Ganesh. Puis on rend grâce à Sri Periatchy Amman par un sacrifice de poule noir, des cigarettes (gauloises), de l’alcool (Rhum Charrette et vins) sont aussi offerts. Il y a bien sur d’autres offrandes (bonbon piments, morue grillée…). Après une petite cérémonie et des prières l’animal est sacrifié dans un cabalon en terre (creusé près de l’autel). Après quelques prières la famille se regroupe pour réaliser la deuxième partie de la cérémonie qui se déroulera vers 12 H 00. On effectuera la cuisson de l’animal sacrifié, vienne s’ajouter à cela d’autres plats (brèdes, pois citrouilles…), toutes les parties de l’animal sont utilisées pour la deuxième cérémonie (dans certaines familles les triples de l’animal sont enroulés autour de la patte de la poule). Le nombre de plats doivent être en nombre impair. Vers midi la cérémonie se déroule à l’intérieur de la maison, les plats sont déposés en offrande, par des prières on invoque Sri Periyachi Amman. La cérémonie étant terminée on dépose certains éléments de la cérémonie dans le cabalon en terre qu’on referme. La famille partage le repas autour d’une table…

Plusieurs types de cultes existent pour cette divinité, mais beaucoup sont très mystérieux…

COMORASSAMY Patrice ©

Accueil

 

IMG_2772

25 réflexions sur “Periyachi Amman பெரியாச்சி (Pétiaye)

  1. félicitation pour ce que tu fais, nos religions ancestrales souffrent de manque d’écoles lithologiques, théologique ainsi que l’étude du tamoul. si à l’époque des déportations coloniales nous étions dans l’impossibilité de le faire,aujourd’hui nous sommes libre de nos choix et pourtant victimes de notre propre incapacité à le faire car nous ne devons compter que sur nous mème avant tout pour cultiver les creusets de notre ancestralité et conduire les nôtres vers nôtre émancipation culturelle et civilisationnelle.

  2. Bonjour j’ai poser une question il y a quelques mois j’ai recu aujourd’hui un émail me demandant si vs pouvez parler avec moi en privé oui si cet personne se reconnaît envoyer moi un émail svp merci

    1. je respect toutes les religions!! mais ma famille m’a laisser de mauvais souvenir que je ne sais plus ou j’en suis!!ma fille depuis l’age de 5 ans en soufre en voyant une femme sous une carpe noir qu’est ce que cela signifie?vu que nous les enfant ne mène pas cette religion!moi j’étais présent à certains cérémonie tamoul et sutout quand ma mère était encore de ce monde!mais je n’ai jamais demander quoique ce soit!je n’ai jamais suivi aucune religion car mon désir c’est seulement DIEU c’est comme cela que je prie à l’interieur de moi et souvent vers le soleil mais pourquoi on vit ceci surtout plus ma fille svp accorder moi une réponse de votre part

  3. ta u la benediction de DIEU je tadmir continu a partager ta connaissance tu sera reconpancé si c pa fai dja sinon dan ta prochaine vie pour le colcoter c simple met le riz tranper 2h tem o moin pui metre dans un torchon bien pre c et mix c melan g avec du noi coco rapé du sucre faire ds galette ovale entouré ds morceau de feuille figue et metre o bain marée

  4. Merçi pour les infos, comme offrandres il y a le « colcaté » (désolé pour l’orthographe) qulequ’un aurait la recette s’ilt vous plait…

  5. bravo pour ces articles et photos; La Réunion souffre d’un manque d’info sur les cultes villageois.
    J’aimerai en savoir plus sur les Minis, qui ne seraient pas les Mounis. Merci
    J’ai vu le commentaire sur Kartely/Hécate, c’est vrai et ce n’est pas une exception. Pythagore et Platon connaissaient bien la religion et la philo de l’Inde; Ils croyaient en la réincarnation. On peut évoquer aussi Jupiter/Indra, Uranus/Varuna,Hermes/Ganesh et retrouver des correspondances aussi avec la mythologie égyptienne antique. ce ne sont pas des hasards et c’est un régal pour l’ame!

    1. Oui en effet a priori il existe des liens…
      Mici pour l’encouragement… J’essaye faire de mon mieux…
      L’article de Mounis est le prochain sur la liste je suis en train de finalisé…

    2. BONJOUR EST CE OBLIGATOIRE DE FAIRE CET CEREMONIE TS LS ANS?JE NE TOMBè PA ENCEINTE OUJOURDHUI G UN ENFANT

  6. hey c super jador!!
    continue sur ta lancé!!
    personne ne pourra arrivé a ta cheville, et si t critiké montre leur de koi t capab, ne baisse jamais les bras!!
    bisouxxxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s